image01

Pignol

La maison
Pignol

  60 ans de passion

En coulisse


Brignais : visite guidée de la première unité de production traiteur aux normes européennes de toute la région.

Si les exigences drastiques des normes européennes en découragent plus d’un, Jean-Paul Pignol a préféré quant à lui prendre le problème à bras le corps. Et il ne regrette absolument pas les 1.5 millions d'euros investis dans une unité de production de 2 600 m2 dès 1992 et l'agrandissement de 1000 m2 en 2002, à Brignais au sud-ouest de Lyon :

“Elle nous a permis d’être les premiers en Rhône-Alpes à répondre aux normes européennes. Grâce à cette unité de production, nous avons accès aux marchés publics dans toute la Communauté et nous pouvons, en plus, garantir à nos clients un rapport qualité/prix très serré, ce qui constitue un atout aujourd’hui”.



Une organisation rigoureuse au service de la qualité


Architecture ultra-fonctionnelle, zones dites “sales” et zones dites ”propres” strictement séparées, chambres froides à chaque intersection, absence totale de contact entre air chaud et air froid ... à Brignais, aucun détail n’a été laissé au hasard.

Les camions de marchandises livrent sur des quais de déchargement débouchant sur l’intérieur même du bâtiment. Une cagette en bois contenant des framboises est-elle susceptible de contaminer les préparations ? Eliminée dès le déchargement, remplacée par un contenant en plastique !

Jusqu’aux Services Vétérinaires “qui disposent de leur propre bureau, avec douche”, nous précise Françoise Pignol dynamique épouse de Jean-Paul et responsable de la partie administrative et commerciale de l’entreprise.

Dans le souci de faire toujours mieux, toujours plus sûr, la Maison a même embauché un ingénieur chimiste de formation, nommé responsable de la qualité. Une ronde de métiers réglée comme un ballet. A chaque laboratoire sa fonction : ici tout s’enchaîne dans un ordre parfait.

C’est la marche en avant, explique Jean-Paul Pignol. Les étapes se suivent logiquement sans possibilité de retour en arrière afin d’enrayer tout incident dans la préparation”. Boulangers, pâtissiers, cuisiniers, chocolatiers, charcutiers, glaciers, chacun s’affaire de son coté. Les pâtes boulangères et pâtissières sont préparées dans une pièce, cuites dans une autre. Les entrées froides ont leur propre cuisine, les plats chauds la leur. Quant à la zone de stockage, accessible par monte-charges, elle se tient en sous-sol parfaitement séparée du reste de l’activité. Y règne bien évidemment l’ordre le plus strict toujours pour garantir la plus grande sécurité mais aussi pour gagner du temps. “S’il est un métier où l’organisation est reine, c’est bien le nôtre” confirme Françoise Pignol. Au terme de ce ballet si rondement mené, les préparations n’ont plus qu’à prendre la route en direction des restaurants, boutiques ou réceptions à bord, bien entendu, de camions frigorifiques directement accolés au bâtiment pour leur chargement !